Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Terres des Femmes

17 Mars 2008, 18:58pm

Publié par claire salles

 Il y a quelques années, Agnès Goffart, une assistance familiale belge et céramiste de profession, a un coup de cœur en découvrant tout à fait par hasard des poteries rurales dans la région du Zerhoun. Elle s’aperçoit que la poterie rurale du Nord du Maroc est en voie de disparition. Suite à une exposition de cette poterie qui rencontre un grand succès, Agnès a l’idée d’ouvrir une boutique à Salé près de Rabat, et de parcourir tout le Nord du pays à la recherche des dernières potières.

D-co-poterie-Terres-de-Femmes.jpgProgressivement, des volontaires viennent soutenir son action, et l’association Terres des Femmes se dote de statuts en 2006. Son but est la préservation et la sauvegarde de la poterie rurale féminine du Nord du Maroc, attachante par son authenticité, son archaïsme et sa naïveté mais surtout parce qu'elle est un témoignage vivant de l'histoire ancienne du pays.
 
L’association, composée uniquement de bénévoles, soutient actuellement une centaine de femmes potières en les faisant connaître par des expositions, en achetant leur production à un juste prix et en leur cherchant de nouveaux débouchés. Le plus souvent âgées ou veuves et mères, certaines femmes étaient sur le point d’abandonner la poterie. Les visites régulières des bénévoles de Terres des Femmes dans les douars et l’achat à l'avance de leur production les encouragent à continuer. Cette démarche qui valorise leur travail a déjà permis à plusieurs potières d'améliorer les conditions de vie de leur famille : certaines ont acquis un téléphone portable, d'autres ont construit une chambre d'hôtes, voire transformé leur maison en gîte avec stage de poterie.
 
Ces femmes potières, vivant dans des douars d’accès difficiles, ont peu de contacts entre elles, et les bénévoles tentent de les fédérer en leur donnant des nouvelles lors de leur passage mensuel. Terres-de-Femmes.jpgLes femmes travaillent la terre à la main, les tours de poterie étant réservés aux hommes. Leurs produits sont donc uniques et originaux ; leurs formes et leurs couleurs varient selon la région, la culture et la tradition qui se transmet de mère en fille. Terres des Femmes peut donc proposer une grande variété d’objets artisanaux à la vente.Poteries-Terres-de-Femmes.jpg

 










Constatant que les jeunes filles préfèrent souvent se tourner undefinedvers la broderie plutôt que la poterie, Terres des Femmes leur apporte des tissus de lin et coton de qualité, leur apprend à améliorer la finition et leur donne des idées nouvelles pour créer des articles susceptibles de bien se vendre. Les nappes et sets brodés à la main au point de Fès sont une merveille de finesse…
 
« Notre souci est d’encourager ces femmes potières à améliorer leur travail afin d’en obtenir un meilleur salaire, mais aussi de faire en sorte qu’elles transmettent leur savoir-faire aux jeunes », précise Agnès qui inscrit ainsi l’action de Terres des Femmes dans la durabilité.
 
Progressivement, les membres de l’association tentent de répondre aux besoins spécifiques des femmes potières : apprendre à se servir d’un mètre, tenir un cahier de commandes et un facturier, suivre des cours d’alphabétisation. Terres des Femmes fait appel à une autre association pour ouvrir une école.
 Pot-d-cor--TdF.jpg
L’association organise des ventes privées et des expositions dans les grandes villes du Maroc pour écouler la production des femmes potières, dès qu’elle trouve un lieu à sa disposition.
Les bénévoles ont besoin chaque trimestre d’une ou deux camionnettes pour faire leur tournée des douars, acheter les poteries et les rapporter à Salé.

En soutenant le travail des femmes potières du Nord du Maroc, Terres des Femmes contribue aussi à sauvegarder un savoir-faire unique menacé de disparaître. 

Contact : Mireille Lamourelle lamourelle@menara.ma
                                                                                                                            
 

Commenter cet article