Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

13ème édition de la Quinzaine du commerce équitable

4 Mai 2013, 09:59am

Publié par claire salles

Du 4 au 19 mai 2013 a lieu la Quinzaine du commerce équitable. Plus d’un millier d’évènements sont organisés dans toute la France pour sensibiliser le grand public à cette approche globale du commerce alliant engagements économiques, sociaux, et environnementaux. Une bonne occasion de découvrir comment fonctionne ce système d’échanges et ses effets réels.

Le commerce équitable se définit comme « un partenariat commercial, fondé sur le dialogue, la transparence et le respect, dont l’objectif est de parvenir à une plus grande équité dans le commerce mondial ». Il vise à offrir de meilleures conditions commerciales aux petits producteurs et aux travailleurs marginalisés en particulier dans les pays du Sud, et à garantir leurs droits.

Le commerce équitable a été créé dans le but de renforcer l’autonomie des petits producteurs et les inciter à sortir de leur isolement. La constitution de coopératives de producteurs est donc la pierre angulaire du système, qui repose sur deux dispositifs :

un « prix minimum garanti » établi par filière pour un espace géographique donné (par pays, par région, ou même pour toute la planète dans le cas du cacao). Ce prix minimum, en dessous duquel les acheteurs équitables s’engagent à ne pas descendre même si les cours mondiaux s’effondrent, est censé couvrir les coûts de production et assurer les besoins élémentaires du cultivateur ;

une « prime de développement » versée à la coopérative qui a la liberté de l’utiliser comme elle l’entend.  Fixée à environ 10 % du chiffre d’affaires, la prime de développement peut être utilisée pour financer des frais de scolarité ou acheter des livres aux élèves, bâtir des écoles ou des dispensaires, ou encore pour équiper les cultivateurs en matériel ou construire des entrepôts… Dans les pays les plus pauvres, elle a tendance à pallier les défaillances de l’État, en permettant de mener des projets d’infrastructures, de santé ou d’éducation. C’est la gestion démocratique et transparente de cette prime qui attire surtout les petits exploitants, qui n’en reçoivent directement que 40% du montant. Une partie de la prime est également utilisée pour lutter contre le travail des enfants, un véritable fléau dans les plantations d’Afrique de l’Ouest. Il s’agit de contrôler que les enfants aillent bien à l’école, qu’ils travaillent ou pas.

Plusieurs organismes dans le monde se chargent de certifier les produits vendus sous le label « équitable », le plus connu étant le réseau Fairtrade-Max Havelaar, qui décerne le label Max Havelaar bien connu (environ 85 % des produits équitables vendus en France).

Le commerce équitable ne représente cependant qu’une goutte d’eau dans les échanges commerciaux internationaux. Même les produits équitables les plus consommés comme le café, le sucre, les bananes ou le cacao n’atteignent pas 2 % de part de marché, selon les propres chiffres de Fairtrade Max Havelaar.  D’après son bilan 2011, 1,24 million de cultivateurs des pays du Sud sont impliqués dans des productions équitables. Comparé à la population agricole mondiale, le chiffre demeure très faible, mais il est en progression constante : + 13 % par an. Géographiquement, ces paysans sont majoritairement implantés en Afrique (avec 663 000 producteurs), loin devant le continent américain (285 400 producteurs). Le sucre et le café sont les deux productions les plus représentées, avec respectivement 184 800 et 123 200 millions de tonnes vendues aux conditions équitables (suivis par le cacao et le thé). 

La France est le quatrième marché mondial du commerce équitable en volume. Si 98% des Français connaissent le concept, le panier équitable moyen n'est que de 3,30 euros par an et par habitant ! Il y a donc une énorme marge de progression pour développer la consommation équitable. On note que le rôle prescripteur des hyper et supermarchés est moins important qu'auparavant. En effet, le bio remporte plus de succès que le commerce équitable, qui relève davantage d'une démarche altruiste. Cependant, le relais est pris par la consommation hors domicile comme les cantines des municipalités, les cafés, hôtels, restaurants ou les entreprises (distributeurs de boissons chaudes). les gros contrats d'administrations ou d'entreprises publiques pour équiper leurs agents eavec du textile équitable contribuent aussi à cet essor.

Créée en 2001, la Quinzaine du commerce équitable vise à sensibiliser le grand public à l’intérêt de ce système d’échanges. Profitez des nombreuses manifestations organisées dans tout le pays pour découvrir cette démarche qui peut contribuer à faire changer le monde. Vous trouverez la liste des évènements sur le site www.quinzaine-commerce-equitable.fr.

Bonne quinzaine !

 

13ème édition de la Quinzaine du commerce équitable

Commenter cet article